Une demande d’or plus élevée mettra-t-elle fin à l’hégémonie du dollar? – Sputnik France

La demande d'or s'intensifie...

La guerre commerciale prônée par les États-Unis pourrait saper la confiance internationale dans le dollar. De plus en plus de pays misent déjà sur la demande d’or comme un actif de réserve ce qui pourrait mécaniquement conduire à l’augmentation de son prix.

L’escalade des tensions dans le commerce mondial pourrait se traduire par l’augmentation du cours d’or puisque les investisseurs cherchent désormais des havres de paix, a déclaré Rick Rule, patron de la société d’investissements Sprott U.S. Holdings Inc., cité par Bloomberg. D’après ses estimations, le prix de ce métal précieux pourrait dépasser 1.400 dollars l’once au cours de cette année suite à l’augmentation de la demande. Pour le moment, il est de 1.335 dollars. Ce niveau est déjà considéré comme étant critique pour le marché.

«Depuis 40 ans que je suis engagé sur le marché d’or, le facteur le plus important qui déterminait le prix de l’or était la confiance internationale dans le dollar américain», a expliqué M.Rule.

Selon lui, le fait que les États-Unis ont entamé une guerre commerciale «à somme nulle» provoque des préoccupations concernant l’intérêt d’acheter du dollar à long terme. Bloomberg indique que cela pourrait se traduire par une diminution de la demande d’actifs américains et de l’attractivité du dollar en tant que monnaie de réserve. L’intérêt de plus en plus évident pour l’achat d’or témoigne déjà de cette tendance.La hausse des revenus et des épargnes en Asie, une région prédisposée pour l’achat d’or, pourrait également conduire à une demande plus élevée.
Aujourd’hui, plusieurs pays, dont la Russie et la Chine, renforcent leurs réserves d’or tandis que les États-Unis ne comptent que sur la confiance et leur dette qui équivaut à 123 milliards de milliards de dollars.

D’autres pays misent également sur l’or. Par exemple, la Banque nationale hongroise a récemment décidé de transférer en Hongrie ses réserves d’or qu’elle conservait jusqu’ici à Londres. La Banque fédérale d’Allemagne a aussi rapatrié ses réserves d’or de New York et de Paris.