Une nouvelle crise financière, quelle probabilité ? – Capital.fr

Excès de liquidités, ralentissement chinois, plongée des monnaies émergentes, effondrement du prix du pétrole… Huit ans après la crise des subprimes, les conditions sont de nouveau réunies pour un scénario noir. Heureusement, le pire n’est jamais sûr.

Cardiaques, s’abstenir ! En ce moment, il faut avoir le cœur bien accroché pour aller musarder sur les marchés financiers. En dix mois, la Bourse de Shanghai a perdu 40% de sa valeur, celle de Milan 30% et le CAC 40 navigue 25% au-dessous de son niveau d’août dernier. Et l’on n’est sans doute pas au bout de nos peines. Albert Edwards, le célèbre stratège de la Société générale qui avait prédit la crise des subprimes, table sur un plongeon de Wall Street de… 70% ! «En cinquante ans de carrière, je n’ai jamais vu autant de foyers dangereux s’allumer à la fois !», s’alarme le banquier belge Georges Ugeux.

Heureusement, les experts que nous avons interrogés ne croient pas tous à une crise généralisée. Pour eux, la probabilité qu’elle se produise varie de 10 à 30%. Voici les huit facteurs qui pourraient la déclencher.

1. LE MONDE CROULE SOUS LES LIQUIDITÉS

Décidément, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Pour redonner de l’oxygène à l’activité, asphyxiée après la crise des subprimes, les banques centrales ont injecté des montagnes de liquidités dans l’économie mondiale à partir de 2009. La Fed américaine a donné le top départ et la Banque centrale européenne a fini par s’y mettre il y a tout juste un an.

Source : Une nouvelle crise financière, quelle probabilité ? – Capital.fr

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire