New York: Chute libre du marché locatif à Manhattan en août ! Plus de 15 000 appartements vides

New York

Comme prévu, étant donné l’incroyable « exode urbain », provoqué par la pandémie, le marché locatif New-yorkais a connu un nouveau plongeon record pour le mois d’août. Les chiffres sont stupéfiants selon une nouvelle analyse présentée sur CNBC, le nombre d’appartements vides dans Manhattan, quartier autrefois si vivant et si recherché, a pratiquement triplé par rapport au même mois de l’année précédente.

« Il y avait plus de 15 000 appartements locatifs vides à Manhattan en août, contre 5 600 il y a un an, selon un rapport de Douglas Elliman et Miller Samuel », écrit CNBC. « L’inventaire des unités vides est le plus important jamais enregistré depuis que les données ont commencé à être compilées, c’est-à-dire il y a 14 ans », a-t-il souligné.New York: Les ventes de l’immobilier commercial ont plongé de 54% !

La flambée des appartements vides était généralisée dans tout l’arrondissement. Des baisses de nouveaux contrats de location ont été observés dans tous les domaines, en passant du haut de gamme au bas de gamme. La chute se poursuit à partir des chiffres de juillet qui avaient enregistré 13 000 appartements vides, ce qui était déjà un record. Le prix de location moyen d’un appartement avec deux chambres est d’environ 4 756$ par mois.

En avril, au plus fort des craintes liées à la pandémie, nous avions signalé que les contrats de location à New York avaient chuté de 38% en mars par rapport à la même période de l’année précédente, soit la deuxième baisse la plus forte en 11 ans. La tendance s’est clairement poursuivie étant donné le flot d’employés qui sont passés au télé travail au lieu de se disputer un vague espace de location limité dans le centre ville.

Et la fermeture antérieure des restaurants, des bars et autres lieux nocturnes autrefois si populaires, sans compter des niveaux presque sans précédent de coupures d’électricité quotidiennes dans le métro, avec un nombre d’usagers ayant carrément plongé – ce qui a fait bien réfléchir les new-yorkais quant aux avantages de vivre dans une des villes les plus chère du monde (et qui a rendu les banlieues de plus en plus attrayantes s’il on s’en tient aux chiffres) – sans compter sur la crise sanitaire qui a particulièrement impacté le marché locatif qui à une époque, était en plein essor.

Voici quelques informations supplémentaires de ce rapport, qui montrent bien à quel point la situation est catastrophique à l’aube de l’automne:

Les espoirs de voir un rebond économique à l’automne ou à la fin de l’année 2020, semblent de plus en plus improbables. Bien que les prix de location aient baissé – les prix de location médians ont chuté de 4% en août – les remises ne sont pas encore assez fortes pour attirer de nouveaux locataires dans la ville. Le prix de location moyen d’un appartement avec deux chambres à Manhattan est toujours de 4 756$ par mois.New York: 25% des locataires n’ont pas payé leur loyer depuis mars

La chute est généralement une période lente sur le marché locatif de Manhattan, en particulier avant une élection, a déclaré Miller.

Les propriétaires offrent des avantages de plus en plus importants pour tenter d’attirer les locataires, sachant qu’il s’agit de la plus grande proportion de locations disponibles de toute l’histoire. En moyenne, les propriétaires offraient 1,9 mois de loyer gratuit aux nouveaux locataires en août. Ces initiatives étaient en majeur partie destinées aux petits appartements d’une chambre voire aux studios, considérant que c’est plus souvent les personnes avec des bas salaires les premiers à être impactés par la pandémie.

Le mois dernier, l’auteur du rapport Miller Samuel a averti que : « Cela pourrait être une période difficile pour les propriétaires ! »

Voici comment les choses se sont déroulées après les deux premiers mois de la pandémie, sachant que New York est très vite devenue le premier épicentre du virus aux Etats-Unis:

Les nouveaux baux et les nouvelles ventes ont rapidement chuté depuis mars, lorsque les restrictions du Covid-19 dans la ville ont mis un terme à l’un des plus grands marchés immobiliers au monde. Les journées portes ouvertes et les projections furent inexistantes, et l’exode massif de riches new-yorkais a freiné toute reprise pour les mois de mai et de juin. Les courtiers ont été autorisés à reprendre la présentation d’appartements le 22 juin, ce qui n’a donné aux locataires potentiels que deux semaines pour recommencer à vendre.

NEW YORK: Aucune reprise économique… Le niveau de la consommation est catastrophique ! New York: Une ville fantôme ! Vidéo apocalyptique de la 5ème avenue littéralement abandonnée et dont les vitrines des magasins ont été barricadées

Les flux de location des propriétaires s’évaporent rapidement, beaucoup auront du mal à payer leur hypothèque et pourraient entraîner une vague de ventes au cours des deux prochaines années, entraînant une correction possible des prix de l’immobilier dans toute la ville.

Source: BusinessBourse