La dette mondiale explose à un Rythme EFFRAYANT !

Dette

La principale raison pour laquelle le système financier mondial se trouve au bord de l’effondrement est directement liée à cette gigantesque dette mondiale qui est juste maintenue par de la « super glue » monétaire et à cet interventionnisme exacerbé des banques centrales qui impriment à l’infini.

Et comme le dit succinctement Barnaby Martin de Bank of America, il y aura davantage de dettes à l’avenir puisque « l’héritage du choc lié au Covid-19 n’est rien d’autre que de la dette, qui s’accumulera encore, et donc toujours plus de dettes ».


Ainsi, dans ce mode d’expansion du crédit qui devient une véritable bombe à retardement, associé à une chute de la production économique où l’helicopter money est devenu la norme, les banques centrales – et en particulier la BCE – intensifient leurs politiques de QE (planche à billets) pour monétiser et absorber une grande partie de cette dette (soulageant ainsi la pression sur les investisseurs privés pour qu’ils achètent davantage d’obligations), et plus il y a d’obligations pourries, plus l’économie mondiale est vulnérable.

L’histoire montre que les vagues d’endettement finissent toujours mal


Bref, ils n’hésitent plus à résoudre un énorme problème d’endettement en créant encore davantage de dette. Je vous le dis, on nage en plein délire !

Nous n’allons pas en rajouter concernant les conséquences de cette frénésie d’endettement qui a des conséquences catastrophiques sur le reste de l’économie dans le monde – car nous le faisons déjà assez régulièrement – mais nous exposons ci-dessous certains faits absolument affligeants sur le niveau de la dette mondiale à la fin du premier trimestre 2020, tels qu’ils qui ont été compilés par la BRI, avec la permission de Martin:

• Le ratio dette / PIB dans le monde a atteint un nouveau sommet historique au premier trimestre 2020, c’est-à-dire que la dette globale du secteur non financier représente désormais 252% du PIB mondial. Il s’agit d’une augmentation par rapport aux 241% qui avaient été enregistrés la fin de l’année 2019, le plus grand bond trimestriel jamais enregistré selon les données de la BRI.

Le graphique confirme également que les objectifs d’inflation des banques centrales sont plus élevés, bien plus élevés que les 2% officiels : pour effacer cette dette, les banques centrales ont besoin d’une inflation de l’ordre de 10%, voire plus encore. Tout ce qui se situerait en dessous exigerait des défauts de paiement au lieu de l’inflation pour effacer la dette…et ça, c’est inacceptable.

Bombe à Retardement: L’endettement net des entreprises va atteindre un “nouveau record” en 2020 Etats-Unis: En 1 seul mois, 1 000 milliards de dollars d’endettement public supplémentaire !

• Cette augmentation reflète les conséquences des premières semaines de la crise du Covid-19, la plupart des économies avancées mettant en œuvre des confinements complets ou partiels en mars. Par conséquent, la contraction historique de la croissance du PIB observée dans le monde au deuxième trimestre et la flambée des dettes souveraines et des sociétés non financières se traduiront par une hausse encore plus importante du ratio d’endettement mondial au deuxième trimestre de 2020.

• Les vulnérabilités préexistantes ont été mises à nu par la nature même du choc induit par le Covid-19. Si les économies avancées (DM) et les marchés émergents (EM) ont vu leurs ratios d’endettement bondir, ces derniers ont observé une augmentation rapide depuis 2012 (graphique 13). La récession relativement plus profonde attendue en raison du covid pour certaines économies des pays émergents – les perspectives économiques de septembre 2020 de l’OCDE voient le PIB de l’Inde et de l’Afrique du Sud chuter respectivement de 10,2% et de 11,5% – et ceci amplifiera probablement le bond des ratios d’endettement de certains de ces pays émergents.

• Par secteur, les gouvernements ont été à l’origine de la forte hausse du ratio dette / PIB au premier trimestre 2020. Le ratio dette souveraine mondiale / PIB a atteint 89% en hausse de 10 points de pourcentage, soit la plus forte hausse trimestrielle jamais enregistrée.

• Les ratios du service de la dette ont augmenté, mais de façon marginale, reflétant l’énorme soutien du QE déclenché par les banques centrales cette année.

Le ratio total dette non financière / PIB des pays et des segments est indiqué dans le graphique de la Bank of America ci-dessous, voici ce que cela montre…

• Le ratio d’endettement total pour la zone euro, la Chine et les Etats-Unis est pour l’essentiel conforme.

• En Europe, un certain nombre de pays au cœur de la zone euro comme (la Belgique, la Finlande et la Norvège) ont vu leur ratio dette totale / PIB augmenter plus fortement que dans la périphérie au premier trimestre 2020.

Egon Von Greyerz: “Esclavage de la dette + fausse monnaie = effondrement final” Egon Von Greyerz: “Les gouvernements sont en faillite, les dettes augmentent maintenant à un rythme exponentiel”

• Alors que la hausse de l’endettement des ménages a généralement été plus modeste, les consommateurs étant passés dans un mode plus attentiste, le ratio dette /PIB des ménages chinois a augmenté de 3,1% en glissement mensuel en 2020.

Enfin, le tableau ci-dessous présente le ratio d’endettement mondial / PIB , ventilé par pays et par segment.

Source: BusinessBourse